Les Morts Les Plus Brutales De L’Histoire (Récente) De la Télévision (SPOILERS) #01

Les Morts Les Plus Brutales De L’Histoire (Récente) De la Télévision (SPOILERS) #01

Dimanche dernier, le monde entier se réjouissait du retour de la série la plus meurtrière du petit écran. Or, les dimanches précédents, une autre série, The Good Wife, créait la stupeur chez ses spectateurs. Car à moins d’avoir échappé au rumeurs pre- ainsi qu’au spoilers post-épisode, vous savez que l’un des personnages principaux est sorti du loft. ( A découvrir dans la partie #02 de notre article Les morts Les plus Brutales de L’Histoire De la Télévision). 

C’est un fait, une série repose sur un certain nombre d’épisodes, certains personnages partent pour mieux revenir, meurent (pour mieux revenir aussi parfois), et participent ainsi à ce que dans le milieu de la puériculture, on appelle communément le jeu des chaises musicales. La mort d’un personnage est souvent violente, mais toujours émouvante, surtout lorsqu’elle touche quelqu’un d’aussi familier que peut le devenir le protagoniste d’une série télé. Elle l’est plus encore lorsqu’elle attaque par derrière, j’ai donc choisi d’établir une liste un peu morbide je vous l’accorde, induite aussi par une seconde vision de The O.C. (je mens c’est la troisi…quatrième), la liste des morts les plus tragiques, inattendues et mémorables (tout à la fois) de l’histoire du petit écran…

*à raison d’un décès par série. Vous êtes libres d’en ajouter dans la section des commentaires, ou objecter mes choix… J’ai établi cette liste selon le critère suivant : si je m’en rappelle, il fait parti de la liste.

Billy Alan Thomas, ALLY MCBEAL – « Boy Next Door »ally-mcbeal version 2

 

Ally McBeal est, comme pour pas mal de gens de ma génération l’une des premières séries télé après Les Simpsons et avec The X Files, Urgences, Friends, que j’ai suivi avec le minimum d’assiduité permis par mes parents (avant de lâcher l’affaire quand ça commençait à craindre…) J’étais donc relativement jeune et naïf quand j’ai assisté à la chute de Billy. Je me rappelle avoir été un peu triste, un peu circonspect aussi… Si faire crever un personnage principal me semblait assez surprenant, le faire par surprise était inédit.

Opie Winston, SONS OF ANARCHY – « Laying Pipe »

Opie était notre personnage préféré. Pourtant, sa mort est logique, d’une part parce que l‘Ophelia du Hamlet de Kurt Sutter devait mourir, mais aussi parce que Opie n’avait plus grand chose à faire dans l’intrigue, si ce n’est se venger personnellement de Clay, réduire en cendres le club qui lui a pourri la vie, avant de s’en aller vers le soleil couchant avec son best bro au guidon de leur motos.

Logique donc que sa mort entraine Jax vers sa destinée, développant au passage un peu plus le personnage tout en débloquant l’intrigue et redirige enfin la série dans la bonne direction. Logique aussi qu’elle terrasse chacun des spectateurs qui ont assisté impuissants à l’épisode de mardi dernier. Même si on s’y attendait (à cause de la logique tout ça) on s’attendait pas à un truc aussi moche.

Jimmy Darmody, BOARDWALK EMPIRE – « To The Lost »

“Under God’s Power She Flourishes” nous avait livré les secrets de sa relation incestueuse et castratrice avec sa mère Gillian, mais aussi annoncé la cassure du personnage de Jimmy Darmody, la mort d’Angela n’étant que le reflet de l’impossible reconstruction de leur union, et le meurte du Commodore la résolution de son œdipe. Et après avoir trahi Nucky, et failli, le personnage n’avait plus rien à accomplir, plus rien à espérer.

Jimmy n’était pas vraiment en vie, il est mort dans les tranchées avec des millions de ses frères d’armes, à qui il n’oubliait jamais de porter un toast : “to the lost.” Le fan de Cowboy Bebop que je suis ne peut s’empêcher de penser au personnage de Spike, avec qui Jimmy partage plus d’un trait de personnalité. Cette attitude désincarnée et téméraire transpirait dans chacun de ses actes. Lorsqu’il tirait dans la tête d’un homme sans montrer le moindre signe d’humanité, ou pendant l’épisode chicagolais, lorsqu’il s’attachait à une prostituée défigurée. Enfin dans son parcours contre Nucky.

Jimmy n’a avec le recul jamais semblé impliqué. “You can’t be half a gangster.” La phrase qu’il livrait à Nucky dans le pilote, et que ce dernier n’aura que trop bien enregistrée, résonne littéralement lors de la scène finale. Nucky a fait le deuil de son humanité, et depuis longtemps fait celui de son ancien protégé. Jimmy savait, empêchant Richard de le suivre, et si nous savions nous aussi, nous espérions voir la rédemption de Jimmy. Nous n’étions simplement pas prêts à le voir partir.

Comme nous n’étions pas prêts à voir partir R… Non, c’est encore trop tôt. *snif*

Mike Ehrmantraut, BREAKING BAD – « Say My Name »

Parce que les auteurs de cette série sont surpuissants, Breaking Bad a donné à Jonathan Banks le rôle de sa carrière. Le personnage de Mike, lorsque celui-ci nous fut présenté, faisait irrémédiablement penser à cette bonne tête bien connue des polars 80s, et était donc assimilable au second couteau habituel un brin patibulaire et un rien menaçant.

Puis au fur et à mesure des épisodes, ce stéréotype a gagné en importance et en nuance, pour devenir le Mike que l’on connait, et que l’on a appris à aimer. Et parce que les revers d’une intrigue fracassante et imprévisible en avaient fait une atout pour Walt et un mentor pour Jessie, avec qui s’était établi une sorte de respect mêlée d’affection qui disparaîtra avec lui, il meurt, sur cette note de mélancolie et d’ironie acerbe.

Charlie Pace, LOST – « Through The Looking Glass »

La mort de Charlie est à l’image de la série, un poil dramatisée. Cela n’empêche absolument pas de la trouver infiniment triste. La série n’a jamais vraiment eu beaucoup de scrupules à se débarrasser de personnages hostiles ou encombrants, et vers la fin, à tuer presque systématiquement nos personnages préférés. Mais l’image de Charlie (qui avait déjà été reportée depuis le pilote), délivrant héroïquement son message avant de se noyer, son corps englouti se mouvant lentement dans sa prison de flotte, autant le dire simplement, ça nous a tous foutu un coup.

Marissa Cooper, THE O.C. – « The Graduates »

Pour tous les amateurs de la série de Josh Schwartz, Marissa Cooper devait mourir, nous allions apprendre que l’Univers (ou la Faucheuse de la saga Destination Finale) partageait aussi cet avis quelque part dans la saison suivante. C’est l’histoire que Schwartz voulait raconter : comment un garçon donnait à une fille un sursis, et une chance, entre autres aventures traumatisantes (l’horrible storyline de la saison 3, vous savez laquelle…) de se réconcilier avec sa mère, d’apprendre à connaitre sa sœur, et vivre un amour absolu, comme seuls les adolescents (des séries américaines interprétés par des acteurs de 25 berges) en vivent.

Qui aime bien châtie bien, parce que je mentirais si je disais que je n’ai pas (à chaque fois) eu l’œil qui commençait assez sérieusement à s’embuer lorsque Ryan répète « Marissa » en vain, son corps inanimé dans les bras. Jamais l’ambiance de la série n’a été aussi noire, et paradoxalement, aussi juste que lors de la sortie (de route ha ha) du personnage principal – fallait le faire à l’époque.

Joyce Summers, BUFFY – « The Body »

Ceux qui ont vu « The Body » savent qu’il ne s’agit pas d’un épisode comme les autres. La violence autrement débridée et décalée de la série culte de Whedon cède la place à un drame intime, mais dont l’horreur et la tension surpasse de loin tout ce à quoi elle nous a habitué. Elle est proche en cela de la pénultième de cette liste, parce qu’elle est insidieusement réelle, et confronte chaque personnage à la perte d’un être cher.

Au passage l’un des plus grands épisodes de télévision de tous les temps, et la première itération de ce qui allait devenir une spécialité Whedonesque, faire claquer le personnage le plus innocent ou le plus adorable de ses œuvres, et ce de la façon la plus brutale qui soit.

Spike knows what’s up

Related posts

« Young Adult » : les 15 films à voir (ou revoir)

« Young Adult » : les 15 films à voir (ou revoir)

Vous avez peut-être déjà entendu l’expression Young Adult (en français Jeune Adulte), mais qu’est-ce que c’est exactement ? Ces films, souvent adaptés de romans, cartonnent sur grand écran. Le principe ? S’adresser à des spectateurs trop vieux pour être encore considérés comme des...

ORANGE IS THE NEW BLACK – SAISON 4

ORANGE IS THE NEW BLACK - SAISON 4

Alors que la saison 3 est en ligne depuis une quinzaine de jours et que bon nombre de fans ont déjà terminé les 13 épisodes, la saison 4 se prépare naturellement. Le 15 avril dernier, Netflix renouvelait Orange is the New Black, la comédie pénitentiaire, sans le moindre doute. Elle aura droit...

Cinéma cet été

Cinéma cet été

Ce qui vous attend ces prochaines semaines au cinéma ! Alors que l’été arrive tranquille le milieu du 7eme art nous prévoit de nombreux films très attendus. Nous vous proposons dans cet article un aperçu de ceux qui font déjà parlé d’eux, qu’ils soient français ou américain, d’horreur ou...

Leave a comment